[Visiteur] > Accueil > La Faune > Insectes > Coléoptères

La coccinelle à deux points
Adalia bipunctata
Taxon 11152

26.07.2017 | hélène

 

La Coccinelle à 2 points, Adalia bipunctata, n’est pas aussi célèbre que sa cousine à 7 points (Coccinella septempunctata pour les scientifiques, Bête à Bon Dieu pour les autres...). Pourtant elle est presque aussi commune, et tout aussi efficace dans la chasse aux pucerons, quoiqu’un peu plus petite (5 à 8 mm).

Description

Ce sont peut-être les fantaisies dans sa garde-robe qui lui valent ce manque de notoriété : si la forme typique est bien rouge avec deux points noirs, il en existe de nombreuses autres ; les variations les plus fréquentes se font sur fond noir, avec un nombre variable de taches rouges ou oranges ( 0, très rares, 2 à 6, fréquentes). D’autres encore sont brun foncé avec des taches jaunes. Le dessous et les pattes sont toujours sombres, ce qui permet de la distinguer d’autres espèces pouvant présenter des motifs similaires.

Biologie

Le cycle annuel ne produit qu’une seule génération de coccinelles. L’hivernation se fait à l’état adulte, souvent en grands rassemblements dans des endroits abrités, parfois à l’intérieur des habitations. Le printemps venu, la femelle pond entre 20 et 50 œufs par jour dans les conditions optimales, soit en moyenne 1500 œufs par an. Ils sont déposés en petits groupes (10-40), dressés sur les feuilles, généralement près des colonies de pucerons, et donnent naissance à des larves totalement différentes des adultes, grises ou noires et de forme allongée.

Les chances de survie de ces jeunes larves sont fortement liées à la présence d’un nombre suffisant de pucerons à proximité. Si la nourriture est insuffisante, les larves vont se tourner vers d’autres proies (œufs de papillons, par exemple), mais peuvent aussi s’entredévorer.

La larve mue à trois reprises. Aux 3e et 4e stades, elle s’orne de taches jaunes ou oranges. La durée totale du développement larvaire dépend des conditions climatiques et de l’abondance de nourriture. Elle peut aller de 20 à 200 jours. A la fin du quatrième stade, la larve est plus grande que l’adulte. Elle cesse de s’alimenter et se fixe sur une feuille pour se nymphoser. La nymphe est jaune orangé et ne mesure que 4 mm. L’insecte adulte émerge au bout de 8 jours en moyenne. En été, on peut donc rencontrer simultanément tous les stades de développement.

Adalia bipunctata est commercialisée pour être utilisée dans la lutte biologique contre les pucerons et cochenilles : l’adulte en consomme une soixantaine par jour, et vit de 1 à 3 mois ; il élimine donc au total plusieurs milliers de pucerons. La larve en consomme plusieurs centaines, au dernier stade de son évolution elle est aussi vorace que l’adulte. Une cinquantaine d’espèces de pucerons peuvent être attaquées, en particulier toutes celles des cultures horticoles.

Le revers de cette efficacité, c’est que cette espèce a besoin d’une nourriture abondante. On ne peut donc l’utiliser que lorsque l’infestation est déjà bien avancée.

L’action des coccinelles peut être contrecarrée par les fourmis, qui protègent les pucerons qu’elles élèvent. Par ailleurs, certaines espèces de pucerons, comme le puceron cendré du chou, sont toxiques pour les larves d’Adalia bipunctata.

Observations par période

J F M A M J J A S O N D 2017 Périodes d'observation - Total: 1
Nombre d'observations - Total en 2017: 1

La grille des périodes d'observation indique par une couleur plus ou moins soutenue le nombre d'observations répertoriées pour la période considérée.

Liste des observations

1811 - Coccinelle noire à taches rouges

La coccinelle à deux points (2) - rue du Bousquet, St Orens de Gameville
01.06.2017 - hélène (Biodiv.Sone)

Complements

Sources et liens :

http://ephytia.inra.fr/fr/C/20060/B...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cocci...

https://en.wikipedia.org/wiki/Adali...

Photo d’illustration : Dimitri GEYSTOR