[Visiteur] > Accueil > La Faune > Insectes > Hyménoptères

L’Osmie rousse
Osmia rufa
Taxon 53185

07.10.2016 | hélène

 

L’Osmie rousse est une abeille solitaire sauvage, mais comme sa cousine l’Osmie cornue, elle est élevée par les arboriculteurs pour la pollinisation des arbres fruitiers, en particulier les amandiers, qui ont une floraison très précoce.

Description

La femelle mesure 10 à 12 mm de long. Elle est assez velue : poils noirs sur la tête, gris-jaune sur le thorax, et un joli dégradé roux clair – roux foncé – noir de l’avant vers l’arrière de l’abdomen. Comme sa cousine l’Osmie cornue, elle porte sur le front deux excroissances, beaucoup plus courtes que les antennes. Et comme toutes les abeilles de la famille des Megachilidae, elle transporte le pollen au moyen d’une brosse de poils ventrale. Chez l’Osmie rousse cette brosse est de couleur jaunâtre.

Le mâle, un peu plus petit, se reconnaît à ses poils jaunâtres sur le front, au toupet blanc sur la face et aux antennes plus longues et plus fines que la femelle. Il ne porte pas de "cornes". La coloration du reste du corps est semblable à celle de la femelle.

Habitat

L’Osmie rousse est une des abeilles solitaires les plus communes. Elle a disparu des zones d’agriculture intensive mais est bien présente en zone urbaine, dans les jardins, les chemins creux, gravières ou orées des bois.

Cycle de vie :

L’Osmie rousse s’active de mars à juin, en général un peu après l’Osmie cornue. Les mâles sortent les premiers, dès les premiers jours doux de mars. Les femelles apparaissent 10-15 jours plus tard et restent actives jusqu’à fin juin, mi-juillet. La période de vol des mâles est beaucoup plus courte que celle des femelles, deux à trois semaines environ, juste le temps d’attendre l’émergence des femelles et de s’accoupler.

Une fois fécondée, la femelle cherche un lieu de nidification adéquat. Elle recherche de longues galeries de 0,5 à 1 cm de diamètre, fermées à une extrémité : anciennes galeries de coléoptères, conduits d’aération des fenêtres, tiges creuses. Elle adopte facilement les nichoirs faits avec des tiges de bambou ou des bûches percées.

Avant d’emménager, elle entreprend le nettoyage de sa galerie. Puis elle confectionne une succession de cellules individuelles à l’aide d’un mortier assez résistant composé d’un mélange de terre argileuse et de salive. Dans chaque cellule, elle dépose une provision de pain d’abeille, mélange de pollen et de nectar, puis un oeuf. Les oeufs éclosent une dizaine de jours après la ponte. La larve se nourrit et grandit en dévorant sa provision de miel, puis, au bout de 20 à 30 jours, se confectionne un cocon de soie violet et brun pour se nymphoser. L’adulte émerge généralement avant l’hiver mais ne sortira de son cocon qu’au printemps suivant.

A noter que la femelle pond des oeufs fécondés dans les cellules les plus profondes de la galerie, qui donneront des femelles, et des oeufs non fécondés qui donneront des mâles dans celles de l’entrée. Ainsi ils pourront précéder les femelles au printemps.

Observations par période

J F M A M J J A S O N D 2016 2017 Périodes d'observation - Total: 2
0 1 2 2016 2017 Nombre d'observations - Total 2

La grille des périodes d'observation indique par une couleur plus ou moins soutenue le nombre d'observations répertoriées pour la période considérée.

Liste des observations

1642 - Rouquine têtue

L’Osmie rousse (1) - rue du Bousquet, St Orens de Gameville
25.04.2017 - hélène (Biodiv.Sone)

1059 - Abeille de ménage

L’Osmie rousse (1) - rue du Bousquet, St Orens de Gameville
12.04.2016 - hélène (Biodiv.Sone)

Complements

Sources et liens

https://fr.wikipedia.org/wiki/Osmia_rufa