Ce groupe particulier fut parfois classé dans le règne animal, parfois dans le règne végétal pour ensuite trouver une niche dans le règne fongique. Depuis la fin du 20ème siècle les myxomycètes sont classés dans un autre règne, celui des protistes. Appartenant à l’embranchement des amibozoaires, ce sont des organismes à plasmode.

Le mycélium est remplacé par un plasmode nu, apte à se déplacer en se déformant et se nourrissant par phagocytose. Le plasmode cesse à un moment sa nutrition, s’immobilise et se transforme en une masse sporale, un mode de reproduction fréquent chez les champignons.

Quand les conditions sont défavorables (en cas de sécheresse surtout) le plasmode peut adopter une forme de résistance en se transformant en une masse cornée, le sclérote, lequel est capable de régénérer le plasmode quand les circonstances redeviennent favorables.

Cycle biologique

Le cycle biologique des myxomycètes comprend deux stades principaux :

- Premier stade : le stade mobile, sous la forme d’un plasmode qui se déplace sur son support en se nourrissant de bactéries, levures, spores, moisissures, petits champignons, phagocytant ses " proies " un peu comme les amibes. Le plasmode est constitué par une cellule unique dotée d’une sorte de fine membrane qui entoure un cytoplasme contenant de nombreux noyaux : cela pourrait ressembler à une colonie de cellules ayant un cytoplasme commun sans membranes individuelles.

-  Deuxième stade : quand le plasmode a accumulé suffisamment de réserves nutritives, il s’immobilise et forme des sporocystes qui donnent des spores. La formation des sporocystes est souvent déclenchée par un stress environnemental.

https://www.youtube.com/watch?v=GY_...

Les myxomycètes comptent aujourd’hui environ 1000 espèces, représentés par cinq familles :

- lycéacées et lycoperdacées

- physaracées

- réticulariacées et cératiomyxacées

- stémonitacées

- trichiacées et arcyriacées

Espèces

Observations en cours de classement

Aucune observation disponible.