[Visiteur] > Accueil > Toutes les observations > Observation 2219

Anthidium florentinum

Observation déposée le 14.07.2018

Date de l'observation 12.07.2018 apres-midi
Observateur HaleBopp
Source Biodiv.Sone
Espèce supposée Anthidium florentinum
Quantité4 (Comptage)
LieuRue de la Querqueille
CommuneSaint-Orens-de-Gameville
Code INSEE31506
Détails

En garant mon scooter à côté du massif de lavande à l’entrée du jardin, j’ai remarqué une grosse guêpe qui y butinait. Mais avec une large bande noire médiane qui séparait les raies jaunes du dos de son abdomen, ça ne pouvait pas être une guêpe. Alors je l’ai observée de plus près. Ce qui m’a tout de suite choqué, c’est le comportement agressif de cet insecte qui s’attaquait systématiquement à tous les autres insectes qui butinaient cette même lavande, leur fonçant dessus et les pourchassant sans relâche jusqu’à ce qu’ils fuient définitivement. Serait-ce un frelon ? Et là... oh là là, il attaque une autre petite guêpe en s’accrochant sur elle, la dévore-t’il ?... mais... non, il est en train de copuler ! C’est un mâle ! Et il s’accouple avec des femelles avec autant d’agressivité qu’il attaque ces pauvres bourdons pour les chasser ! Quel goujat ! Il restera là pendant longtemps, partageant son temps entre copulation et défense de son territoire, ce qui me permettra, en dépit de ses mouvements incessants de le photographier sous toutes les coutures. Grâce à mon guide Chinery et aux forum et galerie du site insecte.org je trouverai sans trop de difficulté que cet insecte est une Anthidie florentine (Anthidium florentinum), une abeille cotonnière qui confectionne des petites boules de poils végétaux sur son ventre pour en garnir son nid. Cette espèce est la plus grande en taille du genre et se caractérise par des pattes majoritairement jaunes, des taches jaunes sur le thorax et les yeux, un front jaune. Les bandes jaunes abdominales sont entières. Le mâle présente 7 épines à l’extrémité de l’abdomen (voir photo 5) avec 2 taches jaunes caractéristiques de l’espèce au niveau des 2 dernières (sur le tergite terminal). Sur la photo in copula (photo 9) on voit que le mâle est beaucoup plus gros que la femelle, ce qui l’aide bien pour imposer brutalement l’accouplement à ses partenaires féminines. On voit bien sur cette photo la brosse de récolte du pollen sous l’abdomen de la femelle.