[Visiteur] > Accueil > Le Recensement

Pigeons et tourterelles : observez-les de chez vous !

16.04.2020 | hélène, Pierre Jouffret

 

Pigeon ramier, Pigeon biset (semi-domestique) et Tourterelle turque : nul besoin de se déplacer pour observer ces trois espèces d’oiseaux de la famille des Colombidés. De votre jardin, du balcon de votre immeuble...vous pouvez apercevoir sans problème une ou plusieurs de ces espèces : alors, ouvrez l’œil, observez et peaufinez vos observations à la jumelle !

Pigeon ramier ou Palombe ?

Le terme « palombe » est tout simplement l’appellation locale au sud de la Loire et, plus particulièrement, dans le sud-ouest de la France, du Pigeon ramier. Les populations de ce très bel oiseau sont pour partie migratrices et pour partie sédentaires dans la région. C’est un des oiseaux les plus chassés en Europe.

Son roucoulement étouffé comporte des motifs de quatre ou cinq sons répétés

Ce gros pigeon (le plus gros d’Europe) présente une tache blanche (sauf chez les jeunes de l’année) de chaque côté du cou, des reflets verts et roses et une poitrine d’un rose intense. Le plumage est gris, avec sur chaque aile une large bande blanche caractéristique, et, une bande noire au bout de la queue facilitant son identification en vol.

La tourterelle turque

Originaire des Balkans et de la Turquie, la Tourterelle turque a migré naturellement d’année en année depuis 1900.

Son roucoulement répété, monotone, à 3 syllabes est connu de tous : certains le trouvent lancinant, d’autres apprécient ! On la voit souvent perchée dans les arbres mais elle apprécie visiblement beaucoup le « confort » des antennes râteau de télévision de Saint-Orens.

Son cou est orné d’un fin collier noir sur la nuque qui contraste ainsi avec son corps gris pâle et met en valeur sa tête assez fine. Sa queue est terminée de blanc ce qui permet en vol de mieux l’identifier, les Pigeons ramier et biset présentant eux une bande noire sur la queue.

Pigeon biset (semi-domestique)

Les Pigeons bisets (semi-domestiques) vivent en groupe et apprécient les monuments, bâtiments, corps de fermes.

Le roucoulement du biset consiste en un son sourd et ronronnant que les mâles émettent face aux femelles : druouu-uu répété plusieurs fois.

Son plumage est gris bleuté, plus pâle sur le dos et avec des tons vert métallique et violacé sur le cou. Les ailes ont deux barres de couleur noire qui se remarquent bien, ainsi qu’une bande noire en bout de queue... Le bec est gris avec la base blanche, les pieds sont rouges, et l’iris de l’œil orange rougeâtre.

La tourterelle des bois

La Tourterelle des bois a été, ces dernières années, très rarement entendue et observée (présence essentiellement repérée en vallée de Saune), par les observateurs de Sone.

Essentiellement campagnard, ce superbe oiseau au dos brun roux taché de brun foncé. En très forte diminution partout en France et en Europe, et, classé espèce vulnérable, il est néanmoins encore chassable en France.

Migratrice, elle passe l’hiver au sud du Sahara avant de revenir en Europe entre avril et septembre : C’est donc le moment d’ouvrir l’œil et surtout les oreilles, le chant (doux roucoulement grave et sourd, presque continu) restant le moyen le plus sûr de l’identifier de loin.

Portfolio

Complements

Texte : Pierre Jouffret en collaboration avec Hélène Laviron Photos : Pierre Jouffret et Bernard Laviron (toutes les photos ont été réalisées à Saint-Orens en mars 2020 sauf celle de la Tourterelle des bois prise au lac de Lamartine -31- en juin 2019)