[Visiteur] > Accueil > La Faune > Insectes > Hémiptères (Punaises, Cigales)

La punaise nébuleuse ou punaise grise
Rhaphigaster nebulosa
Taxon 238460

10.02.2016 | hélène

 

C’est une punaise assez grande (14 à 16 mm), de la famille des Pentatomidae, c’est-à-dire des punaises dont les antennes comportent cinq segments. On la reconnaît facilement à ses ailes dont la partie membraneuse est ponctuée de taches brunes (d’où son qualificatif de nebulosa), à ses antennes alternant marques claires et sombres, mais surtout au fort éperon ventral, fixé sur l’abdomen et dirigé vers l’avant, caractéristique du genre Rhaphigaster (du grec : raphis = aiguille et gaster = ventre).

Elle est assez commune, et apprécie une grande diversité de milieux chauds et ensoleillés. Elle ne craint pas la proximité humaine, on la trouve dans les parcs et jardins jusque dans le cœur des villes, mais aussi dans les habitations où elle aime se réfugier en hiver.

Cette punaise se nourrit de sève d’arbres à feuilles caduques (chênes, bouleaux, peupliers, saules, sorbiers, prunus,...) et peut aussi causer quelques dégâts dans les vergers en piquant les fruits (pommes et poires). Elle consomme à l’occasion de petits insectes morts.

La femelle pond une quarantaine d’œufs à la fin du printemps. Les larves sont de forme ovale.

Observations par période

J F M A M J J A S O N D 2016 Périodes d'observation - Total: 2
Nombre d'observations - Total en 2016: 2

La grille des périodes d'observation indique par une couleur plus ou moins soutenue le nombre d'observations répertoriées pour la période considérée.

Liste des observations

1263 - Tous aux abris !

La punaise nébuleuse ou punaise grise (1) - rue du Bousquet, St Orens de Gameville
07.11.2016 - hélène (Biodiv.Sone)

928 - Punaise armée

La punaise nébuleuse ou punaise grise (1) - rue du Collège, Saint-Orens-de-Gameville, St Orens de Gameville
05.02.2016 - hélène (Biodiv.Sone)

Complements

Sources et liens :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rhaph...

Les punaises Pentatomoidea de France, de Roland Lupoli et François Dusoulier, éd. Ancyrosoma., p. 311.