[Visiteur] > Accueil > Les Sites et Lieux remarquables

Le Bois du Bousquet

16.01.2021 | babs

 

Le bois du Bousquet était déjà présent à l’époque Napoléonienne et, qu’au début du 20ième siècle, il était entouré de vignes. Puis, son environnement a évolué, les vignes ont été remplacées par d’autres cultures puis par des lotissements et l’Espace culturel Altigone en 1988.

Nouvel événement en 2020 quand la Mairie, rachète les 7 ha à la propriétaire du bois avec laquelle elle avait depuis plusieurs années une convention ; cette dernière avait permis l’ouverture de cet espace au public tout en permettant des actions visant à préserver la biodiversité (recreusement de la mare, création de zones refuges...).

La Mairie s’était porté acquéreur de ce bois pour en assurer la gestion, et, ainsi sanctuariser ce patrimoine naturel.

Ce bois abrite une importante population d’une espèce protégée au niveau national : la salamandre tachetée. Cet amphibien, révélateur d’un bon état écologique du milieu, à vie essentiellement terrestre et nocturne, a besoin pour les mises bas de points d’eau comme il en existe dans ce bois (petite mare et ruisselet).

Les différentes strates de ce bois, abritent plus de 30 espèces ligneuses. Tout d’abord, quelques grands frênes et surtout de grands chênes (20 à 25 m de haut) dont certains sujets un peu âgés (120-150 ans) portent de nombreuses branches dénudées : l’âge, la répétition de périodes de sécheresse rendant les arbres plus vulnérables aux maladies, insectes... expliquent cet état.

Puis, une grande variété d’arbres plus petits : merisiers, alisiers torminaux, frênes à fleurs, érables champêtres... Enfin, arbustes (cornouillers, fusains...) et arbrisseaux dont le piquant houx fragon forment une masse de végétation dense et quasi-impénétrable entre le sol et la hauteur de 3-4 mètres.

Conserver le bois mort pour préserver les oiseaux  : tout l’intérêt des différentes strates de végétation pour la nourriture, le gîte et la nidification des oiseaux pour plus de 20 espèces répertoriées sur ce site.

Les troncs sénescents des grands chênes sont une aubaine pour le gîte et la nourriture (insectes adultes et larves, araignées...) des pics verts, pic épeiches, qui eux même sont des pourvoyeurs de logements pour les oiseaux cavernicoles (mésanges charbonnières et bleues, sittelles...dont une nous fait l’honneur d’évoluer au-dessus de notre groupe). Le pic mar, espèce assez rare observée pour la première fois cette année, est lui totalement dépendant de la présence de bois mort ou pourrissant.

Dans les hautes frondaisons vont nicher pies, corneilles, pigeons ramiers, ...Les autres arbres plus petits et les arbustes constituent un lieu extrêmement favorable pour la construction des nids d’autres oiseaux comme les merles, grives et troglodytes. Leurs fruits (baies, drupes...) sont aussi une source de nourriture.

Portfolio

Complements

Photos :
Salamandre terrestre
Sittelle torchepot
Pic épeiche
Alisier torminal
Chêne pubescent
Fragon petit houx